16 juin 2012

Pourquoi être heureux quand on peut être normal ? Jeanette Winterson

pourquoietreheureux"Et les livres n'avaient pas fini de me sauver. Si la poésie était une bouée de sauvetage, alors les livres étaient des radeaux. Dans mes moments les plus fragiles, je tenais en équilibre sur un livre, et ces livres m'ont portée sur des marées d'émotions qui refluaient en me laissant trempée et anéantie."

Ce titre de Jeanette Winterson est une autobiographie. L'histoire "vraie" de l'auteure, celle-là même qu'elle avait déjà parée de fiction dans Les oranges ne sont pas les seuls fruits (Ed Olivier 2012) [roman que je n'ai pas encore lu].
Elevée par une mère adoptive rigide et mystique, Jeannette trouve malgré tout le chemin étroit qui la mènera plus tard vers l'écriture. Dans la bibliothèque qu'elle fréquente en cachette, dans sa petite ville ouvrière d'Accrington au nord de l'angleterre, elle a décidé très jeune de lire l'intégralité des auteurs de A à Z. Remarquant déjà l'absence manifeste de femmes - quoique l'alphabet tienne par chance dans sa lettre A Jane Austen - elle devient très tôt sensible à leur condition. La lutte est depuis lors un mode d'expression, féministe, le fruit d'un instinct de survie fort qui n'empêchera pourtant ni la souffrance, ni les doutes, ni la dépression, et ne remplacera jamais le manque.
Née sous X, Jeannette Winterson cherchera plus tard,  à l'âge adulte, à construire le puzzle de ses premiers instants en partant en quête de ses origines, de son dossier d'adoption et de sa mère biologique.

Voici un titre qui m'a touchée pour de multiples raisons, l'histoire assez terrible qu'elle raconte en premier lieu, et puis ces magnifiques passages sur la place de l'écriture et de la lecture dans une vie qui ne demande par ailleurs qu'à sombrer. Ah, ces enfances meurtries me révoltent toujours autant ! L'écriture est ici bourrée d'émotion à fleur de mots, et elle est pourtant si pudique et si littéraire. Elle avance par touches sensibles comme dans un tableau impressionniste. De plus, le tout est baigné d'amour, malgré les blessures. Pourquoi être heureux quand on peut être normal ? est véritablement un très beau texte.
Une lecture qui lutte pour le bonheur.

Editions de l'olivier - 21€ - Mai 2012

Le billet de Cathulu la tentatrice ! - L'avis de Clara tout aussi positif

Posté par LESECRITS à 10:40 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : , ,


15 juin 2012

En cours de lecture...

manque"La sensation de manque ne vous laisse pas un instant de répit, jamais - elle ne peut pas, ne devrait pas nous lâcher, cette sensation, puisqu'il manque effectivement quelque chose.
Cela n'est pas négatif en soi. Cette part manquante, ce passé manquant, peuvent constituer une ouverture plutôt qu'un vide. Ils peuvent devenir une entrée autant qu'une sortie. Ils sont une preuve fossilisée, la marque d'une autre vie, et même si cette vie vous sera à jamais inacessible, vous pouvez suivre sa trace du bout des doigts, à l'endroit qu'elle aurait pu occuper, et du bout des doigts, apprendre une nouvelle forme de braille.
Les marques sont là, des zébrures saillantes. Lisez-les. Lisez ces blessures. Récrivez-les. Récrivez ces blessures.
C'est pour cette raison que je suis écrivain - je ne dis pas que j'ai "décidé" de l'être ou que je le suis "devenue". Ce n'était pas un acte volontaire ni même un choix conscient. Pour éviter la trame serrée du récit de Mrs Winterson, je devais être capable de faire mon propre récit. Mi-réalité mi-fiction, voilà les ingrédients qui composent une vie. Et comme dans l'espionnage, il s'agit d'une légende, d'une couverture. J'ai rédigé mon issue de secours."

Extrait de Pourquoi être heureux quand on peut être normal ? de Jeannette Winterson - Mai 2012

Posté par LESECRITS à 20:25 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 juin 2012

City Hall t1 de Rémi Guérin et Guillaume Lapeyre

city hall"La main et l'esprit... en deux écrivains sont réunis mon seul et unique ennemi !"

Attention, grand bain de jouvence avec ce manga ébouriffant, et littéraire, dont le sujet m'a plu dès le départ !
Je ne sais pas vous mais moi j'aime beaucoup l'esprit de la série Sherlock Holmes qui passait il y a quelques temps sur France4, et cette étrangeté qu'est celle d'un personnage du passé apparaissant dans un présent très réaliste. Ici, nous sommes dans un Londres futuriste, où le papier a disparu depuis deux cents ans suite à une guerre destructrice. Depuis, les autorités ont oeuvré pour faire disparaître ces faits des mémoires. Imaginez un monde dans lequel tout ce que vous écrivez/imaginez prend vie. A une époque révolue, quiconque savait écrire pouvait se créer des créatures serviles capables d'assurer n'importe quelle tâche simple. Ces créatures s'appelaient des Papercut, mais le système s'est emballé...
Aujourd'hui, tout cela a disparu, enfin c'est ce que l'on croit... Le ministre des Finances ayant trouvé la mort dans des conditions mystérieuses et violentes, le chef de la police et le maire de Londres sont sur le pied de guerre. Seuls Jules Verne et Arthur Conan Doyle semblent capables d'affronter sur son terrain un ennemi utilisant une arme aussi terrible que le papier !

Surfant sur le succès des personnages de l'Angleterre victorienne, Rémi Guérin et Guillaume Lapeyre ont le bon goût de nous transporter dans une époque différente. J'ai été un peu désarçonnée de rencontrer des auteurs connus et fringants de jeunesse bataillant contre des monstres terrifiants, faisant fi de tout anachronisme, mais mon étonnement est simplement dû à ma méconnaissance manifeste du genre. Car chaque personnage a au cours du récit sa fiche d'état civil et cela est semble-t-il une manière de procéder tout à fait normale. Vous allez alors apercevoir au fil des pages Malcom X ou bien Amélia Earhart, aviatrice et première femme à traverser l'océan atlantique en avion, et avouons-le voilà qui assez amusant et distrayant.
Le rythme de l'ensemble est relativement décapant, presque too much pour mon goût personnel, mais les dessins sont magnifiques et les références historiques disséminées ici et là m'ont amenées à divers moments un grand sourire aux lèvres.
Comme tout ce que fait l'éditeur, l'objet est très beau, un petit bijou de graphisme. A offrir sans complexes à son ado !
Un grand merci à Ankama pour cette expérience décoiffante !! 

Editions Ankama - 14 juin 2012 - 7.95€

Le blog de la série : http://cityhall-ankama.blogspot.fr/

Suite de la mission en librairie à l'automne 2012 !!

 cityhall

Posté par LESECRITS à 18:19 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 juin 2012

VROUZ

Je me souviens d'avoir été en parapluie
En parapluie au fond du ventre de baleine
Baleine de corset serré plus que café
Café noir expresso ça fait battre le coeur
Le coeur un peu plus vite alors tachycardie
Hardie la vie qui palpite en mon être
Mon être de chair aux amours de papier
A pied par quel chemin rendu sous les nuages
Les nuages font tomber de l'eau jamais vintage
Jamais vintage non plus l'étoile du berger
A la bergère parce que je ne voudrais pas perdre
Perdre dans cette histoire mon très précieux pépin
Cieux pépins tiens le monde est somme toute bien fait
Battre le coeur tomber l'averse et quoi encore.

Extrait de Vrouz par Valérie Rouzeau - Editons La Table Ronde - Mars 2012

Merci Cathulu !

juin2012 013

Posté par LESECRITS à 20:21 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

10 juin 2012

Lettres d'Agathe, Nathalie Ferlut

lettres d'agathe"J'aime pas quand les gens sont gentils avec moi.
Surtout parce que je sais qu'ils vont se rendre compte que moi, je ne sais pas être gentille, avec personne, sauf un peu avec François...
Quand on est gentil avec moi, je fais vite l'idiote pour avoir la paix, et en général, ça marche bien. La vérité, c'est qu'au fond, je ne suis pas gentille : moi je le sais, et maman aussi..."

Agathe écrit à sa mère, alors que celle-ci est morte depuis longtemps, pour tenter de vivre au mieux son présent. Elle revient sur sa naissance d'après guerre, sur leur relation douleureuse, tente de comprendre cette indifférence marquée à son égard, une différence de traitement, visible et pourtant tue par l'entourage, entre elle et ses deux frères. Elle sait qu'elle a été non désirée, maltraitée de manière insidieuse, victime de désamour. Et puis, il y a cette découverte faite après la mort de cette dernière, cette vérité étonnante sur l'enfant présente sur une photographie, conservée comme un trésor par son frère François et chipée par Agathe avant son départ sur Paris... Mais comprendre est-il pardonner ?

Voici une BD, toute en émotion, que j'ai aimé lire, tout en pensant à Une autre fille d'Annie Ernaux et à tous ces récits de femmes blessées par la froideur et la violence verbale de mères mal aimantes. Cet album exprime avec talent l'horreur subtile de cette éducation, qui marque à vie, ainsi que l'handicap qui poursuit ces enfants à l'âge adulte, et combien ils se sentent coupables, de tout, et tentent malgré tout de donner sa chance au bonheur.

Editions Delcourt - 14.95€ - Avril 2008

Une lecture enthousiaste de Laure - Géraldine recommande chaudement  - Le billet d'In cold blog qui a aussi lu avant Annie Ernaux !

lettresd'agathe

Posté par LESECRITS à 14:02 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,


06 juin 2012

Pause blog

bookrouge... histoire de me mettre pour quelques jours réellement en retrait.
Je ne trouve pas cette semaine le temps de vous lire et d'écrire ici, je le regrette.
Ma petite famille m'accapare, des anniversaires à fêter entre autres...
et puis la vie quotidienne prend de l'espace vital (des lunettes qui se cassent, des dossiers à remplir, etc...).
Comme tous les ans à la même date, c'est un peu la course.
Si possible, je reviens ce week-end !! A très bientôt !

 

 

Posté par LESECRITS à 21:45 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

03 juin 2012

La reine des lectrices, Alan Bennett

lareinedeslectrices"La lecture avait suscité en elle une passion telle qu'elle n'en avait jamais connue auparavant et elle dévorait les livres à une vitesse ahurissante - même si, en dehors de Norman, nul ne s'en apercevait vraiment.
Elle ne parlait d'ailleurs de ses lectures à personne, encore moins en public, sachant qu'une passion aussi tardive - si sincère soit-elle - risquait de l'exposer au ridicule. [...] A son âge, à quoi bon ? auraient pensé les gens. Pour elle, cependant, rien n'était plus sérieux et elle éprouvait à l'égard de la lecture le même sentiment que certains écrivains envers l'écriture : il lui était impossible de s'y dérober."

La Reine des lectrices est une oeuvre de fiction, toute ressemblance etc... Mais n'est-ce pas le meilleur jour qui soit pour ouvrir ce livre que celui de son jubilé dont j'écoute à l'instant la retransmission en fond sonore à la télévision ?

Voici un livre assez charmant qui imagine la reine des anglais se prenant à plus de quatre-vingt ans d'une passion aussi subite que surprenante pour la lecture. Tout commence alors qu'elle tombe un mercredi sur le bibliobus de Westminster, elle emprunte un livre puis un autre et s'enclenche un mécanisme et un plaisir qu'elle n'imaginait pas. Elle réalise alors tout le temps perdu, ces auteurs rencontrés auparavant sans les avoir lus, et que cet engouement est sans fin. La vie de la reine change, ses préoccupations également, et l'entourage commence à s'inquiéter, à intriguer pour retrouver une normalité plus rassurante. C'est compter sans la persévérance et l'inflexibilité de cette petite femme volontaire qui mène son monde avec fermeté.

Une lecture, bien agréable, qui partage notre goût immodéré pour la lecture.

Editions Folio - 4.20€ - Mai 2010

Un livre beaucoup lu sur la blogosphère qui compte 333 avis sur Babélio

Un grand merci à Véro l'encreuse pour ce cadeau !!

Pour rester dans l'ambiance, je pense enchaîner ce soir avec Le Discours d'un roi... qui nous conte l'histoire de son père.

Le Discours d'un Roi : bande annonce VOST

 

Posté par LESECRITS à 16:34 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 juin 2012

Un renard à mains nues, Emmanuelle Pagano

unrenardamainsnues"Maman détestait surtout consommer, et même les livres elle ne voulait pas les acheter. Le seul bien matériel qui coûtait bonbon à la maison était un ordinateur et nous y avions tous une session privée pour nos propres conneries, révolutions, créations, informations. Il ne fallait pas dire à maman pour les variétoches piquées sur internet, mais je crois qu'elle s'en doutait, de nos coeurs de midinettes. De nos tentations. Se divertir elle ne voulait pas en entendre parler, mais elle nous laissait faire du moment que c'était à peu près en cachette, et que nous avions conscience que ces choses qui se laissent regarder, ces choses qui se laissent lire, c'est juste pour du jeu."

Un renard à mains nues est un recueil de nouvelles, mais d'un genre bien particulier, encore jamais croisé jusque-là. Certaines de ces nouvelles ont auparavant été publiées ailleurs mais toutes ont été retravaillées ou remaniées. Ce qui est particulier est cette manière de croiser et de re-croiser des personnages au fil des textes. Le point de vue change avec le narrateur, des morceaux d'histoires sont conservés, d'autres réutilisés partiellement, et c'est comme si le lecteur était spectateur du travail d'écriture d'Emmanuelle Pagano. C'est une approche étonnante et passionnante d'un genre souvent trop galvaudé...

J'ai aimé retrouver cette auteure que j'aime dans ce livre-là, très dense, généreux. Son univers y est intact, il commence à m'être familier. Je m'en sens proche. Moins crue et sensuelle que dans ses précédents romans, la vie y est pourtant, et de la même manière, à proximité de la nature, parfois cruelle, physiquement rude, remplie de personnages en marge, de rencontres et de sensibilités lumineuses.

Je connaissais déjà Le guide automatique ou La maison-message. J'ai beaucoup aimé La décommande, qui conte l'histoire d'une femme invitée par erreur à un mariage et que la noce expulse avec impolitesse.
La lecture de ces nouvelles demande du temps et également de la disponibilité d'esprit, celle que l'on retrouve avec bonheur pendant les vacances par exemple... Lire Emmanuelle Pagano est toujours un moment privilégié, et assez unique, je suis heureuse d'ajouter ce livre à ma bibliothèque.

"Les personnages de ces nouvelles ne se trouvent pas au milieu du récit, ils restent dans les marges, ils se tiennent au bord de leurs vies, de leur maison, de leur pays, ils marchent au bord des routes, à côté de leur mémoire, à la lisière de l'ordinaire et de la raison, comme il leur arrive de faire du stop : au cas où on s'arrêterait pour les prendre, je les ai pris dans mon livre." E. Pagano.

Editions POL - 19€ - Avril 2012

Un billet de L'Express assez bien fait par ici - Et un autre sur le site de TV5

La fiche du livre et d'autres liens sur le site de l'auteure

Posté par LESECRITS à 14:50 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

30 mai 2012

Terra Botanica, c'était lundi.

Une journée délicieuse, en famille, et un parc près d'Angers qui allie attractions pour les enfants (et les grands) et jardin botanique. Ci-dessous, quelques photographies...

terrabotanica 002
terrabotanica 003
terrabotanica 004
terrabotanica 006
terrabotanica 007
terrabotanica 008
terrabotanica 012
terrabotanica 013
terrabotanica 014
terrabotanica 016
terrabotanica 017

Toutes les infos sur leur site www.terrabotanica.fr

Bientôt, des lectures... ;)

Posté par LESECRITS à 12:59 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

28 mai 2012

En cours de lecture...

livre forêt"J'aime les interférences [...], les intrus, les curiosités, j'aime quand un monde étranger s'invite dans le nôtre, comme ces talons au bord de la falaise, ou encore des paillettes de petite fille découvertes collées dans les pages d'un livre difficile emprunté à la biblio. Quand je tourne des pages c'est toujours pour découvrir de touchantes ingérences, des interactions, des inattendus. Parfois il n'est pas nécessaire de tourner des pages, il suffit d'être à l'écoute."

Extrait de Un renard à mains nues (Nouvelles) - Emmanuelle Pagano - Avril 2012

Quel plaisir que de la lire de nouveau !

Posté par LESECRITS à 20:02 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :